Ce qui nous lie

201706040716-full

Titre : Ce qui nous lie

Réalisateur : Cédric Klapisch

Date de sortie : 14 juin 2017

Durée : 1h54

Nationalité : Française

Acteurs : Pio Marmai, Ana Girardot, François Civil…

aude-blog

« L’amour, c’est comme le vin. »

C’est ce qu’avance Jean, jeune vigneron qui revient dans sa bourgogne natale, 10 ans après avoir tout quitté pour faire le tour du monde. Il arrive chez lui alors qu’il n’a plus donné de nouvelles à sa famille depuis 4 ans et 11 mois, afin de voir son père malade. Mais quelques jours après son arrivée, son père décède, laissant ses trois enfants seuls pour s’occuper du domaine familial, avec sur le dos 500 000€ de frais de succession qu’ils n’ont absolument pas les moyens de payer. Trois options s’offrent alors à eux : vendre la maison, une partie des vignes ou le domaine entier.

J’ai adoré ce film. Je voulais aller le voir depuis un moment car je me sentais proche du jeune homme parti faire le tour du monde et qui revient finalement 10 ans après. Je me demandais comment les autres allaient réagir, s’il allait réussir à reprendre sa place ou s’il finirait par être rejeté par ceux qu’il a abandonnés. Je pensais que le film tournerait autour de ce retour, mais pas vraiment et d’une certaine façon tant mieux.

Ce qui est au cœur du film, c’est la fratrie. On suit tour à tour les trois jeunes gens et on découvre peu à peu leurs faiblesses héritées de leur enfance. L’ainé, Jean est celui sur qui échouaient toutes les responsabilités et qui ne l’a pas supporté. Il ne se sentait pas aimé par son père, et c’est pour cela qu’il est parti. Juliette a quant à elle du mal à s’affirmer. Elle a toujours été dans l’ombre de son père et de son grand frère et a donc tendance à suivre les avis des autres alors qu’au fond , elle sait très bien ce qu’il faut faire et ce qu’elle veut faire. Et enfin Jérémy, le petit dernier, a toujours été traité comme le petit justement dont il fallait s’occuper, à qui on ne laissait pas tout faire. Il a lui aussi du mal à s’affirmer, mais on le sent surtout souffrir d’une mise à l’écart. Il a peur d’être rejeté, de ne pas faire parti du groupe et on retrouve parfaitement cela dans sa relation avec la famille de sa femme.

Même avec leurs faiblesses, ils arrivent chacun à avancer, à vivre. Mais ce que j’ai trouvé particulièrement beau c’est qu’ils ne se surpassent que lorsqu’ils sont ensemble. Au début du film, ils compensent chacun les faiblesses des autres, mais à la fin, ils réussissent tous les trois à se sublimer et à effacer ces faiblesses qui résultaient de leur enfance, comme s’ils devenaient pleinement adultes à ce moment-là, pleinement libres. J’ai trouvé cela tellement vrai et touchant. On vit tous avec les forces et les faiblesses que nous a apporté notre éducation et on arrive très bien à avancer et à vivre avec. Mais si l’on veut combattre ces faiblesses, si l’on veut se surpasser, on n’a pas d’autres choix que de se confronter à nouveau à notre enfance et de s’occuper des blessures que l’on a eu à ce moment-là. C’est ce que le film montre pour moi.

Toute l’histoire se passe au milieu des vignes. J’ai adoré découvrir ce monde-là, qui fait partie intégrante de la France, de notre culture et de notre mode de vie. Le film nous montre chaques étapes de la création du vin, en commençant par les vendanges, jusqu’à la mise en bouteille. J’ai beaucoup appris grâce à toutes ces scènes sur la fabrication du vin. Mais j’ai surtout découvert le travail énorme que c’était que de s’occuper d’un domaine. Il faut être toute l’année dans les vignes pour leur permettre de continuer à faire du bon raisin mais également dans les caves pour vérifier que le processus de fabrication se passe bien. C’était très intéressant.

Ce qui nous lie est un film magnifique, touchant, envoutant qui nous parle de nous. Il touche notre culture, mais également ce que nous sommes, et ce que nous voulons être. Il nous montre comment avancer et dépasser nos faiblesses et surtout il nous montre que nous avons besoin des autres, que seul on n’avance pas. La fin est magnifique, parfaite. Ce n’est absolument pas ce à quoi je m’attendais, c’est encore mieux.

Makina

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ce qui nous lie »

  1. Je comprends à ta description le genre de films auquel correspond celui-ci. Il se passe surtout juste au dessus de chez moi et j’adore ce vin ! Imaginez: du bon pain croustillant, du fromage ou du foie gras et un bon verre de vin de Bourgogne…devant ce film…un plaisir à l’état pur. J’achète !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s