Non classé

Gone T.2 : La faim

gone,-tome-2---la-faim-49500-264-432

Titre : Gone T.2 : La faim

Auteur : Michael Grant

Edition : Pocket Jeunesse

Parution : 18 avril 2013

Pages : 672

3-notation

« Les super pouvoirs, ça ne fait pas toujours des super héros. »

Un héros, c’est ce dont les enfants de Perdido Beach ont besoin. Un héros qui puisse les sauver de la faim qui les menace, un héros qui puisse les diriger et remplacer leurs parents. Nous retrouvons dans ce deuxième tome de la saga Gone de Michael Grant, Sam Temple en prise à un nouveau dilemme. Après avoir gagné la bataille contre son frère jumeau Caine, Sam devient le nouveau leader de Perdido Beach. Il se retrouve donc à devoir prendre seul des décisions, à devoir sauver tous ces enfants qui comptent sur lui. Et son premier combat sera contre la famine qui menace la Zone.

J’ai bien aimé ce deuxième tome. J’attendais avec impatience le moment de l’organisation, ce moment où les enfants doivent former une nouvelle société. Ce tome l’apporte, du moins en partie. En effet, les réserves de nourritures sont épuisées, il faut donc mettre les enfants au travail de façon à continuer à faire fonctionner la société et surtout avoir encore quelque chose à se mettre sous la dent. Deux visions s’affrontent alors : une vision que je qualifierais de capitaliste, défendue par Albert, et une plutôt communiste défendue par Astrid. J’ai adoré avoir ces deux visions et les voir s’affronter sur le plan de l’efficacité. Ainsi si la vision d’Astrid qui consiste à faire travailler tout le monde dans une forme de volontariat avant de redistribuer les ressources, paraît juste, le livre montre rapidement qu’elle ne peut fonctionner ; les enfants ne sont pas volontaires pour travailler, ils pensent que quelqu’un le fera à leur place. Face à cela, Albert propose de payer les enfants pour le travail qu’ils effectueront. Il met en place une monnaie et un système de répartition du travail qui fonctionne assez rapidement. J’ai trouvé tout cela très intéressant.

Ce livre nous montre également combien diriger est compliqué. Tout au long du tome, Sam est épuisé par les responsabilités qu’il a et dont il ne veut absolument pas. Cet épuisement le conduit à faire les mauvais choix et à mettre en danger la société qu’il défend. Avec Sam, Michael Grant nous dresse le portrait d’un leader excellent dans l’action mais mauvais dans les problèmes de tous les jours. Sam prend les bonnes décisions quand qu’il faut agir, quand il faut sauver les autres. Mais il se met lui même dans ces situations catastrophiques de part son incapacité à régler les problèmes avant qu’ils ne dégénèrent.

A côté de cela, l’histoire avance assez bien, on retrouve Caine toujours dans les mauvais plans mais la fin du tome le rend un peu plus humain. J’ai d’ailleurs bien aimé le combat avec l’Ombre sauf que l’on s’en doute dès le début. Avant même de commencer le livre je savais qu’il allait tourner autour de l’Ombre et je sentais très bien que Caine, Drake et même Lana ne pourraient pas y résister et ça m’a gêné.

En définitive, ce deuxième tome de Gone est très intéressant dans la façon qu’ont les enfants de construire leur société, de la remettre en marche. Mais il est un peu long dans le combat contre l’Ombre qui est trop prévisible et n’apporte finalement pas grand chose.

Makina