L’été où je suis devenue jolie

9782226257482-j

Titre : L’été où je suis devenue jolie

Auteur : Jenny Han

Edition : Albin Michel

Parution : 2 juillet 2014

Pages : 960

4-notation

« Beaucoup de choses risquaient de se produire en un an. Je me suis soudain rendu compte qu’il fallait que je profite au maximum de cet été, qu’il fallait que je le rende inoubliable, pour le cas où il n’y en aurait pas d’autre. Après tout, j’aurais bientôt seize ans. Je grandissais, moi aussi. Les choses ne pouvaient pas rester indéfiniment les mêmes. »

Les choses changent, les gens grandissent, c’est ce que Belly découvre petit à petit dans le livre de Jenny Han : L’été où je suis devenue jolie. Chaque été, la jeune fille part avec sa mère et son frère Steven dans la maison de vacances de la meilleure amie de sa mère : Susannah. Elle y retrouve les deux fils de Susannah : Conrad et Jeremiah. Alors que la jeune fille a l’habitude d’être mise à l’écart par les garçons, d’être presque invisible pour eux, l’été de ses quinze ans les choses changent. Belly revient transformée, elle a grandi, elle est devenue une adolescente, une jeune fille, elle est devenue jolie.

Ce livre a été une bouffée d’oxygène pour moi. J’ai lu les trois tomes d’affilé, sans prendre le temps de les digérer, je ne ferai donc qu’une seule chronique pour les trois tomes, comme si j’avais lu l’intégral.

J’ai été immergée dans l’histoire très rapidement. Je suivais Belly, espérais, aimais, déprimais avec elle. Je me suis reconnue dans certaines de ses réactions. Particulièrement dans son sentiment d’exclusion par rapport au groupe de garçons. J’ai également beaucoup aimé sa relation avec sa mère et Susannah. Alors qu’elle a l’impression que sa mère ne l’aime pas, qu’elle ne sera jamais fière d’elle, qu’elle a toujours autre chose à faire que de s’occuper d’elle, Susannah est là pour l’aimer, lui donner confiance. Susannah permet à Belly de se rendre compte que sa mère a toujours été, et sera toujours là pour elle même si elle ne le montre pas comme Belly le voudrait. En ça, Belly est pour moi l’adolescente de base, on a tous eu l’impression que nos parents ne nous aimaient pas de la façon que l’on méritait, qu’ils préféraient quelqu’un d’autre. Je suis persuadée que c’est un passage obligatoire de nos vies, mais grandir c’est justement se rendre compte que ce n’est pas vrai, que nos parents font seulement de leur mieux. Belly y arrive à la fin du livre et c’est très émouvant d’assister à ce changement.

Le centre du livre reste tout de même les histoires de coeur de Belly. Depuis qu’elle est tout petite, Belly est éperdumment amoureuse de Conrad. Elle le cherche, l’admire. Lorsqu’elle revient pour l’été de ses quinze ans, Belly ne se rend pas compte que ses transformations physiques ont un impact sur le regard que les autres, les garçons, portent sur elle. Belly n’est plus la petite fille, que les garçons considéraient comme leur sœur, c’est une jeune fille en passe de devenir une femme. Et Conrad et Jeremiah l’ont bien vu. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages.

Jeremiah tout d’abord est le meilleur ami que toute fille rêverait d’avoir. Il est la pour Belly sans jamais demander quoique ce soit en retour. J’ai adoré tous ses efforts dans le premier tome pour la rendre heureuse, mais j’aime beaucoup moins la place qu’il prend dans les tomes suivants. Alors qu’il était un gentil petit garçon, très mignon dans le premier tome, il devient un adolescent  »je m’en foutiste » qui compte beaucoup trop sur son père.

Quant à Conrad, je suis tombée sous le charme. Il est le garçon sûr de lui, mystérieux, torturé que j’adore. Il essaie de ne rien montrer, de rester fort alors qu’au fond de lui c’est le chaos. J’ai adoré le découvrir au fil des tomes, le voir traverser toutes les épreuves en se relevant plus ou moins bien. Mais il finit debout, pleinement debout. Dans l’épreuve majeure que les garçons ont dû affronter, je me suis sentie beaucoup plus proche de la façon de faire de Conrad qui tente de cacher sa colère immense et au final se perd complètement. Même si j’admire et plains Jeremiah qui est celui qui a certainement fait le plus d’efforts, il a cette faculté à exprimer les choses qui lui permet d’avancer un peu plus facilement que Conrad.

Le déroulement de l’histoire en elle même est assez fluide dans le premier tome, prenante, passionante. Mais ça s’essoufle un peu dans les tomes suivants. Particulièrement dans le dernier tome où on les voit se diriger vers la plus grosse erreur de leur vie sans pouvoir rien faire. Heureusement le dénouement rattrape les choses.

L’été où je suis devenue jolie est une belle découverte. L’histoire m’a replongée dans les problèmes de l’adolescence mais également dans la beauté de cet âge où l’on découvre qui l’on est et comment se comporter avec les autres, cet âge où l’on se construit.

Makina

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’été où je suis devenue jolie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s